Suite aux cas de covid-19, les déplacements non essentiels ont été fortement limités, entraînant la mise à l’arrêt de milliers d’avions et la réduction importantes des trajets en voiture et en transports en commun.
Après ces semaines, qui ont modifié notre manière de se déplacer, pouvons-nous affirmer qu’au moins certaines de ces transformations échapperont à la normalisation d’après-crise ?

Nous vous proposons quelques pistes de réflexion susceptibles d’éclairer ce que sera notre future mobilité.

Simulez votre prêt
Réponse immédiate

1. Pendant le confinement, chute des déplacements

  • Vous ne vous étonnerez pas d’apprendre que les déplacements ont chuté de 46% pendant les semaines de confinement. Seuls y échappent le vélo et la marche qui ont, au contraire, augmenté notamment parce les seuls encore autorisés.
  • Selon les recommandations officielles, le travail à domicile a augmenté. Le télétravail a ainsi contribué fortement à la chute du nombre de déplacements au détriment des transports.
  • Les déplacements internationaux, tant voyages d’affaire que trajets touristiques, ont été quasiment bloqués par la fermeture des frontières. Trains et avions ont ainsi été rangés sur d’impressionnants parkings.

Simulez votre prêt
Réponse immédiate

2. Pendant le confinement, une prise de conscience ?

Une prise de conscience

  • L’expérimentation d’une vie à mobilité réduite et au temps libre plus présent a conduit un certain nombre à s’interroger sur notre société malade de la mobilité, selon l’expression de Christophe Mincke.
    Avec la diminution des gaz à effet de serre, nous avons touché du doigt, de l’oreille et du nez une situation de plus grand respect de la nature et rencontré ainsi la demande d’une diminution des activités polluantes pour assurer la sauvegarde de la planète.
  • De la sorte, le confinement a apporté de l’eau au moulin de la lutte contre le réchauffement climatique, éveillant la capacité à œuvrer dans ce sens.

Simulez votre prêt
Réponse immédiate

3. Après la crise du Covid-19, retour à la normale d’avant ou début d’une mobilité plus douce ?

  • Déjà fortement critiqué avant la crise sanitaire pour son impact environnemental, le transport de masse semble inévitablement appelé à s’amincir et à se transformer.
    Ce constat est particulièrement valable dans l’aérien où le manque à gagner financier est considérable, avec des nombreuses faillites des compagnies plus faibles et un redimensionnement des plus vigoureuses, malgré des aides d’états.
    Paradoxalement, c’est l’énormité des pertes financières des compagnies qui devient l’argument le plus certain pour prédire dans le secteur des modifications importantes qui ne manqueront pas de rencontrer les préoccupations écologiques.
  • Les restrictions des voyages à l’étranger, même en Europe, et la peur de contracter le Covid-19 ont diminué les voyages et renforcé le secteur du tourisme en Belgique. Les différentes Régions du pays ont d’ailleurs le souci de promouvoir leurs plus beaux villages, les sites naturels et les activités inédites.
  • Ces nouveaux acquis sont susceptibles de booster le tourisme plus local entraînant du même coup des déplacements moindre et donc un gain écologique.
  • Les déplacements touristiques en Europe vont aussi évoluer bien que l’imaginaire associe encore vacances et destination lointaine, soleil et mer !
  • L’expérience du télétravail massif a fait prendre conscience aux travailleurs comme à leurs responsables, des avantages que cette formule amène, sans être la panacée. Il est donc probable qu’il se développera davantage qu’avant la pandémie.
  • Ici encore, il y aura un gain pour la mobilité des belges et le respect de l’environnement.
  • Il y a aussi de forte probabilités que les nombreux vélos classiques ou électriques achetés pendant l’épidémie, jusqu’à vider les stocks des fournisseurs, ne vont pas rester dans les garages, mais susciter, au moins pour la détente et le sport, un regain d’utilisation.
  • N’en sera-t-il pas de même pour les équipements de randonnées ou de jogging, eux qui ont aussi été fortement demandés.

Simulez votre prêt
Réponse immédiate

4. Dans ce changement de mobilité, pour une diminution du recours à l’énergie fossile, les pouvoirs publics ont une indispensable place à prendre

Se déplacer à vélo

  • C’est le moment de pousser la mobilité douce, mais elle n’est souvent possible, surtout en ville, que si elle est poussée par les pouvoirs publics.
    Les Régions bruxelloise et wallonne ont toutes deux un plan Mobilité visant à doubler la part modale du vélo (les déplacements) à l’horizon 2025.
  • Changer la mobilité, c’est aussi rendre plus efficace et plus attractifs trains, trams et bus. Tant la SNCB que les sociétés de bus mettent en place des stratégies pour le futur. Encore faut-il que le financement, aidé par les pouvoirs publics, suive.
  • Pour changer la place prise par la voiture, il faudra changer l’image que la voiture occupe dans notre imaginaire. Pour évoluer de ce côté, il faudra modifier la publicité. Ici aussi, les pouvoirs publics devraient fixer des objectifs et règlementer la manière d’y tendre.

Simulez votre prêt
Réponse immédiate

5. La place nouvelle des véhicules électriques

La place nouvelle des véhicules électriques

  • Dans cette volonté de changer les modes de mobilités, le passage à la voiture électrique semble apporter une réponse intéressante, en particulier pour le respect de l’environnement et les normes de son.
    Il importe toutefois de bien se renseigner sur la composition des batteries et les émissions de CO2 produites pour la construction des véhicules qui peuvent, notamment par la présence de métaux rares, devenir très polluantes.

Simulez votre prêt
Réponse immédiate

L’évolution de notre mobilité vers un modèle plus écologique semble boostée par les conditions dans lesquelles nous a mis la gestion de la crise du Covid-19.
Vous pouvez vous inscrire dans cette évolution en raisonnant vos déplacements, mais aussi en adoptant des moyens de transports moins polluants.
Leur achat reste cependant onéreux, aussi le recours à l’emprunt peut-il vous aider à ne pas différer votre achat !