La startup fintech belge, mozzeno, lance la première  plateforme digitale permettant à des particuliers de participer indirectement au financement des prêts d’autres particuliers.

 

Pour les emprunteurs, un modèle collaboratif, hors banque, où les intérêts payés reviennent directement à d’autres particuliers.

Pour les emprunteurs, c’est la possibilité d’obtenir un prêt financé indirectement par d’autres consommateurs comme eux, en dehors du système bancaire.  Les intérêts payés sont transmis aux investisseurs qui financent les prêts.

Xavier Laoureux, co-fondateur de mozzeno:

Nous voulons revenir à l’origine du système bancaire, lorsque l’argent disponible des uns servait à financer les projets des autres, sans transformation complexe et risquée.

Via une interface simple et claire développée avec la facilité d’utilisation comme préoccupation centrale, l’emprunteur peut finaliser digitalement l’ensemble de sa demande de prêt.

 

Pour les investisseurs, un investissement accessible avec un rendement jusqu’à 5,72% brut et 3,86% net.

Pour les investisseurs, mozzeno donne accès à une nouvelle classe d’actifs, les crédits à la consommation belges. L’investisseur n’investit pas directement dans les prêts à la consommation. mozzeno émet des instruments financiers similaires à des obligations,  des Notes. Chaque prêt correspond à un ensemble de Notes appelé une série de Notes. Les investisseurs investissent indirectement dans les prêts en souscrivant ces Notes.

mozzeno a pris différentes mesures pour limiter le risque des investisseurs :

  • L’évaluation du profil des emprunteurs et de leur capacité de remboursement, basée notamment sur les données de la Centrale des Crédits aux Particuliers et sur l’expérience de l’assureur crédit Atradius ICP.
  • La diversification des investissements : l’investissement minimum dans une série de Notes (et donc dans un même prêt) étant de 25,00 €, il est déjà possible d’investir dans 40 prêts différents avec le ticket d’entrée minimum de 1.000,00 €. De plus, un investisseur ne peut pas investir plus de 5% de son portefeuille dans une même série de Notes.
  • La protection des investissements : mozzeno travaille avec l’assureur crédit Atradius ICP qui assure les prêts accordés par mozzeno. Cette assurance couvre, selon la classe de risque, entre 60 et 100% du paiement de 3 échéances en retard et du solde restant dû du prêt. Dans tous les cas, c’est mozzeno et ses partenaires qui se chargent de la procédure de recouvrement, jamais les investisseurs.

 

Frédéric Dujeux, co-fondateur de mozzeno :

Nous ne pouvons bien entendu pas parler d’investissement avec capital garanti mais nous avons tout fait pour que la formule proposée réponde aux attentes du plus grand nombre, en mitigeant les risques. C’est une alternative qui vient au bon moment, dans cet environnement de taux très bas qui perdure. De plus, les investisseurs ne doivent pas avoir de connaissance financière préalable spécifique.

Pour les emprunteurs et les investisseurs, le positionnement de l’Argent Positif

L’Argent Positif, ce sont des prêts qui respectent l’emprunteur. mozzeno propose uniquement des prêts simples, sans crédit revolving ni regroupements de crédits. C’est aussi la raison pour laquelle mozzeno est très strict sur la sélection des emprunteurs. Il faut que le prêt demandé soit adapté à leurs besoins et qu’ils démontrent leur capacité de le rembourser.

L’Argent Positif, c’est aussi la récompense pour remboursement parfait. Plutôt que de donner un TAEG agressif à tous les emprunteurs, mozzeno privilégie les emprunteurs qui remboursent correctement leur prêt pendant toute sa durée en leur reversant, à la fin, une partie des frais qu’ils ont payés.

Pour les investisseurs, l’Argent Positif, c’est la possibilité de développer le rendement concret de leur argent.

mozzeno est dès aujourd’hui accessible aux emprunteurs et aux investisseurs via https://www.mozzeno.com