Que faire de son argent dans le contexte actuel ?

Une jeune femme écrivant dans un carnet

1. Le montant de l’épargne des ménages augmenté de 4% en 2020

Peut-être faites-vous partie de ces belges qui, à la faveur des confinements et du ralentissement de l’économie mondiale ont gonflé leurs réserves ? En 2020, il y a eu une baisse de la consommation des ménages et le montant des comptes épargne des belges a augmenté de 13 milliards d’euros pour arriver à un total de 295 milliards.

Ainsi, au moment où certaines professions sont paralysées et n’arrivent plus à joindre les deux bouts, d’autres thésaurisent l’argent qu’ils n’ont pas dépensé.
C’est que l’interdiction des activités de certaines professions suppriment une série de dépenses pour d’autres. Le gel des vacances à l’étranger, des repas au restaurant, des séances au théâtre ou au cinéma, des réceptions, des fêtes de famille, des rassemblements festifs… amène une partie de la population à disposer de plus de réserves. Ainsi, l’épargne des belges s’est envolée. Globalement, elle est passée de 13% du revenu disponible des ménages en 2019 à 21% en 2020.

2. Des comptes d’épargne qui ne rapportent quasi rien

Les taux d’intérêt actuels se limitent, auprès de la plupart des banques, au taux minimal légal de 0,11 %, soit 11€ pour 10.000€.
Mais il y pire, des taux d’intérêt aussi bas et parfois des taux négatifs n’arrivent même plus à compenser l’augmentation du coût de la vie et donc à terme vous font perdre de l’argent. Sur 10 ans, le pouvoir d’achat des consommateurs s’est réduit de 13%.

3. Injecter de l’argent dans l’activité économique

Une des raisons des taux d’intérêt faibles voire nuls, c’est la volonté des banques centrales dont la zone euro, de stimuler l’activité économique en rendant le crédit facilement accessible et en poussant les épargnants à injecter leur argent dans l’économie réelle.

Comme actuellement la crise du Covid nous a conduits dans une période de récession, avec une baisse des dépenses de consommation de 8% et une baisse du PIB de 6%, il serait utile que sans tarder, il y ait un réinvestissement dans la consommation et dans les activités économiques. Ces injections pourraient ainsi soutenir ceux qui ont été victimes de la crise à cause de la mise en veilleuse de leurs activités professionnelles.

4. En sachant qu’il y a toujours un risque.

Investir dans l’activité économique, c’est mettre de l’argent à disposition d’une entreprise ou d’un indépendant. L’utilisation qui est ainsi faite des deniers investis dépend du savoir-faire et de la capacité de gestion de l’entrepreneur comme du contexte économique. Autrement dit, il y a toujours un risque que la rentabilité soit moindre que prévu, nulle ou à perte…
C’est pourquoi ce type d’investissement doit toujours être fait en connaissance de cause et avec circonspection !

C’est précisément le soutien à des entreprises ou à des indépendants par des investissements de particuliers que permet la plateforme mozzeno.com.

Grâce à elle, des particuliers peuvent investir pour soutenir indirectement d’autres particuliers, sans passer par une banque. Dans cette opération collaborative, l’argent devient pleinement positif !

mozzeno propose également des prêts destinés à des professionnels. Ainsi la communauté collaborative peut soutenir la création ou le développement ou le maintien à flot d’entreprises et d’initiatives professionnelles.

 

Financer indirectement les projets d’indépendants et petites entreprises

Lire la suite
Mesurer

Quels avantages fiscaux pour un prêt rénovation ?

Lire la suite
Phishing

10 conseils pour éviter les arnaques par Internet

Lire la suite
ASBL Becommerce VZW

mozzeno.com respecte le code de conduite du Label BeCommerce

Je veux emprunter

Votre prêt, 100% digital, financé indirectement par des particuliers.

Prêt personnel Prêt professionnel
27.939.086,19 € déjà octroyés aux emprunteurs

Je veux investir

Activez votre capital dans des investissements concrets et locaux: des projets personnels et professionnels belges.

Découvrir les investissements
10.553.887,61 € déjà remboursés aux investisseurs