Votre salaire net ou vos honoraires tombent régulièrement, pourquoi dès lors vous embarrasser à gérer votre budget ? Vous pouvez évidemment puiser dans vos réserves jusqu’à ce qu’elles soient vides…au risque de vous retrouver sans le sou avant la fin du mois. Mais vous pouvez aussi organiser vos dépenses de façon à les gérer au mieux en fonction de vos ressources pour ne pas avoir de difficultés financières. Êtes-vous cigale ou fourmi… ?

Les cinq conseils qui suivent visent précisément  une gestion raisonnée des dépenses. De cette manière, vous pourrez faire face aux différentes dépenses, épargner mais aussi emprunter afin d’obtenir sans délai la réalisation de vos projets ou de vos rêves !

  1. Lister vos dépenses récurrentes fixes
  2. Lister vos dépenses récurrentes variables
  3. Prévoir des dépenses exceptionnelles
  4. Évaluer le montant à réserver aux impôts
  5. Décider de l’épargne et de l’emprunt

Bien gérer son budget, c’est d’abord savoir quelles sommes sont attribuées à quelles dépenses. Vous pouvez ainsi distinguer les dépenses récurrentes fixes, les dépenses mensuelles variables, l’impôt, l’épargne et l’emprunt.

1. Lister vos dépenses récurrentes fixes

Ce sont les dépenses obligatoires qui reviennent chaque mois ou chaque année avec des montants assez stables.

Dans cette rubrique,  on peut classer le loyer ou un crédit hypothécaire,  les dépenses d’énergies (mazout, gaz, électricité, eau…), les différentes taxes (TV, véhicules, commune, précompte immobilier…), les assurances (véhicules, incendie, responsabilité civile, défense en justice…), , les entretiens (véhicules, chaudière,….), les abonnements (clubs de sports, revues et journaux…)…

Simulez votre prêt
Réponse immédiate

2. Lister vos dépenses récurrentes variables

Certaines dépenses reviennent régulièrement, mais avec des montants variables. Ainsi, les dépenses d’alimentation, de loisirs, d’achats de vêtements, de pharmacie, de services (TV-gsm- téléphone fixe-Internet)… L’idéal est d’en noter  les montants pendant plusieurs mois puis d’en faire une moyenne. Cette moyenne servira alors de référence pour le montant mensuel à prévoir.

Ces dépenses mensuelles variables sont plus ou moins compressibles. Elles peuvent donc être adaptées en fonction du solde entre le salaire mensuel et le montant total mensuel à réserver pour les dépenses récurrentes fixes.

Simulez votre prêt
Réponse immédiate

3. Prévoir des dépenses exceptionnelles

En surplus des dépenses prévisibles, vous risquez périodiquement de devoir faire cas de dépenses exceptionnelles. Ainsi, une grosse réparation de votre voiture ou de votre maison, le remplacement d’un appareil électroménager, le remplacement de votre gsm

Face à ces dépenses, deux solutions s’offrent à vous. Soit vous prévoyez de déposer chaque mois une certaine somme sur un compte d’épargne, soit vous recourez à un prêt à tempérament. Nous reviendrons sur ces aspects dans le cinquième point.

Simulez votre prêt
Réponse immédiate

4. Évaluer le montant à réserver aux impôts

Même si vos impôts sont retenus à la base et déduits de votre salaire brut, vous pouvez avoir un supplément annuel à payer qu’il vaut mieux prévoir. Dans le cas où votre situation n’a pas changé, ce sera approximativement la même somme que l’année précédente.

Si vous êtes indépendant, vous connaissez l’importance des paiements anticipés et de l’anticipation de votre fiche d’imposition.

Simulez votre prêt
Réponse immédiate

5. Décider de l’épargne et de l’emprunt

Une autre catégorie à prévoir concerne la part à épargner et/ou à investir dans des emprunts.

5.1. L’épargne

La part réservable à l’épargne dépend de la différence entre le salaire mensuel et la somme des dépenses fixes plus les dépenses variables. Dans la mesure du possible, mettre un peu d’argent de côté vous permet de constituer une réserve utile en cas de gros pépins ou de dépenses conséquentes.

On considère généralement que l’idéal est d’avoir au moins deux mois de salaire disponibles en épargne. La mise en réserve d’une pareille somme n’est pas évidente. Elle exige souvent une gestion rigoureuse. D’autant que pour beaucoup de ménages, la volonté d’épargner se complexifie avec un projet immobilier et la nécessité de rembourser un crédit hypothécaire.

5.2. L’emprunt

Comme beaucoup de belges, vous avez probablement acheté votre maison et contracté un emprunt hypothécaire. Payer sa maison ajoute un poids très lourd au budget mensuel et contraint à limiter les autres dépenses. Un emprunt hypothécaire peut ainsi peser sur votre budget pour de nombreuses années.

Pour retrouver davantage de liberté et ne pas devoir sans cesse postposer des achats, des transformations ou des  loisirs, vous pouvez aussi recourir à des emprunts limités. Prêts personnels et prêts à buts précis permettent d’obtenir plus rapidement ce dont vous rêvez.

D’une certaine façon, l’emprunt vous rend un double service. D’une part, il vous amène tout de suite l’argent nécessaire. D’autre part, il découpe des sommes importantes en plusieurs remboursements moindres, supportables par votre budget.

Dès lors, comme tous les services, il est normal qu’il ait un prix. L’intérêt que vous payez et les frais administratifs correspondent au coût de ce service. Cependant, si l’emprunt est conclu entièrement en ligne, les frais peuvent être réduits au minimum.

Pour ne pas engendrer des remboursements insupportables, il importe de bien cibler jusqu’où votre situation financière vous permet d’emprunter. La différence entre le salaire mensuel et la somme des dépenses fixes plus les dépenses variables vous indique quels remboursements vous pouvez supporter !

Simulez votre prêt
Réponse immédiate